Le Robinier : cet inconnu que l’on connait bien.
RobinierBoisAinClasse 4Imputrescible

Le Robinier : cet inconnu que l’on connait bien.

Originaire des États-Unis, le Robinier faux-acacia (communément appelé acacia) fut introduit en France par Jean Robin et en conservera une partie du nom (Robin > Robinier). C’est une des essences les plus appréciées dans les territoires ruraux grâce à son bois réputé pour la fabrication de piquets, sa qualité en bois de chauffage mais aussi sa facilité de gestion en taillis.

Son caractère pionnier et ses faibles exigences édaphiques lui permettent de s’installer dans la plupart des sols de l’Ain mais il craindra néanmoins les sols compacts et engorgés. En effet, dans les stations hydromorphes, des nécroses racinaires peuvent apparaitre amenant à des problématiques de tronc creux et de chute des bois au stade juvénile. Les caractéristiques technologiques de son bois en font une essence capable de remplacer des bois tropicaux pour des usages en extérieur. Elle pourrait ainsi participer indirectement à la préservation des forêts tropicales en réduisant l’importation de bois exotique. Il faut pour cela une production de gros diamètre (supérieur à 40 cm) ce qui n’est aujourd’hui pas l’habitude des forestiers.

En effet la majeure partie des peuplements de robiniers est gérée en taillis pour leur simplicité de gestion et la production de piquets toujours très appréciée. Une sylviculture dynamique permettrait de produire du bois de qualité sciage en très peu de temps mais un très gros travail d’informations serait à réaliser pour faire redécouvrir cette essence aux sylviculteurs.   

Une espèce invasive…

Sa place dans la forêt française reste néanmoins bien imprécise : « espèce exogène »,  « envahissante », « invasive ». Le Robinier est considéré comme une essence « invasive avérée » par la plupart des Conservatoires Botaniques Nationaux. Sa forte croissance juvénile en fait un compétiteur redoutable mais il n’a tendance à envahir par drageonnement que les abords des zones sur lesquelles il est déjà implanté et il peut être contenu lorsqu’il est mis en concurrence avec d’autres essences à croissance rapide, ou lorsqu’il reste dominé à l’intérieur du peuplement. Son caractère invasif est, à mon sens, à relativiser en milieux forestiers et il ne représente pas de menaces réelles pour la biodiversité forestière.

… Mais un atout pour la filière bois

La qualité de son bois, sa forte capacité à stocker du carbone et fixer l’azote, l’enrichissement des sols qu’il génère grâce à ses feuillues digérées facilement et son adaptabilité aux changements climatiques font du Robinier faux-acacia un atout majeur pour faire face aux enjeux à venir.


Article publié le