Une carte d’identité du chêne en Auvergne-Rhône-Alpes

 

Le chêne est un bois naturellement présent dans la région, qui présente des qualités remarquables pour l’utilisation en extérieur puisqu’il est naturellement imputrescible. 

 

Contenu rédigé d’après Parlons Forêt en AURA (n°5, juin 2018) et le guide technique CNPF-IDF Le chêne autrement de Jean Lemaire.

 

 

Les chênes auvergne-rhônalpins en chiffres

    • 71 000 000 m3 sur pied sur la région Auvergne-Rhône-Alpes, soit 15 % du volume total sur pied

 

    • Récolte annuelle estimée : 118 000 m3 (chiffres 2016)

 

  • 5 espèces présentes naturellement :
    • le Chêne sessile (ou rouvre)
    • le Chêne pédonculé
    • le Chêne pubescent
    • le Chêne vert
    • le Chêne kermès

Focus sur les chênes sessile et pédonculé, majoritaires en Auvergne-Rhône-Alpes

Au-delà des différences morphologiques (notamment un pédoncule très court pour le sessile, très long pour le pédonculé), ces deux essences présentent des exigences écologiques différentes en fonction de leur stade de développement, comme indiqué dans le tableau suivant :

Les chênes pédonculé et sessile n’ont donc pas les mêmes exigences écologiques. Il convient d’appliquer une sylviculture adaptée à chacun et de les régénérer dans des stations qui leur conviennent.

Les principaux débouchés de la sylviculture du chêne

Les chênes auvergne-rhônalpins constituent des peuplements très divers : des taillis pauvres sur coteaux secs peu productifs aux futaies de plaine produisant du bois d’œuvre de très grande qualité. Par conséquent, leurs débouchés sont très divers : du bois bûche au merrain (pour la tonnellerie), en passant par le parquet, et l’ébénisterie.

L'auteur de l'article

Olivia Marois est chargée d’étude au Centre Régional de la Propriété Forestière (CNPF Auvergne-Rhône-Alpes) et a rédigé cet article.